L’île flottante d’Abidjan

Lorsque j’ai la chance d’expérimenter quelque chose d’ingénieux, je trouve égoïste de le garder pour moi toute seule et ne pas partager avec toi qui lis…

Le jeudi dernier j’ai eu la chance de passer l’après-midi sur l’île flottante d’Abidjan.

Depuis près de deux semaines, on entend beaucoup parler de cette île à Abidjan, il semble que c’est LE lieu à découvrir. Oui je confirme. Un endroit particulièrement intéressant surtout pour les amoureux de nature comme moi et amateurs d’écologie et de permaculture. Il y a beaucoup à apprendre de M. Eric, le propriétaire et ses collaborateurs.

Je me s’y suis rendue vers 14h, le « faux quai » n’est vraiment pas difficile d’accès(pas très propre, j’avoue). Il suffit de longer une rue à environ 150 m de celle qui donne accès au Wafou à Biétry dans le sens Zone 4-Biétry. Je les ai ensuite contactés et une dame m’a assurée qu’on viendrait me chercher dans quelques minutes.

J’ai patienté pendant une dizaine de minutes, essayant d’informer des enfants qui jouaient dans une flaque noirâtre sur le danger auquel ils s’exposaient. Ils cherchaient des crabes… pour jouer. J’ai essayé de leur faire comprendre que cette flaque est source de maladies mais c’était inutile, ces enfants ont l’habitude de « jouer » ainsi, ce n’est pas une inconnue de passage là qui allait les dissuader. C’est aussi cela la réalité de la Côte d’Ivoire…

À un moment donné, j’ai promis à l’un d’entre eux que je verrai avec le Monsieur de l’île comment faire pour qu’ils s’y rendent à condition qu’ils arrêtent de chercher ces crabes. Il m’a fait ok mais la minute d’après il repartait à la recherche des crustacés… J’étais dépitée.

DSC_1503
Quelques enfants jouant dans la flaque noirâtre

Bon ce n’est pas le sujet de l’article, quoique cela reste un sujet qui m’intéresse particulièrement : La salubrité et les dangers auxquels les enfants s’exposent au quotidien.

Après la dizaine de minutes un jeune homme s’est présenté avec une pinasse à moteur et après avoir enfilé mon gilet par mesure de sécurité, nous nous sommes mis en route vers l’île. J’ai été agréablement surprise de ne pas avoir à attendre plus car j’étais la seule cliente à ce moment. J’avais pensé que les déplacements s’effectuent lorsqu’un certain nombre est atteint, ce n’était pas le cas.

J’ai posé des tas de questions car très intriguée depuis que j’ai entendu parler de cet endroit. Il m’a expliqué que l’île tient en place grâce à des ancres, sans quoi elle aurait été constamment en déplacement comme un bateau. Elle a été construite sur des bouteilles en plastique (700 000, ça en fait des bouteilles !) récupérées sur la lagune (inquiétant quand même !) et qui lui permettent de flotter.

Il m’a aussi informé que tout ceci est facilement démontable (j’aurais du m’informer davantage car j’ai du mal à comprendre le mécanisme, je poserai plus de questions la prochaine fois).

Après un trajet de quelques minutes nous y étions. Mes copines m’y attendaient déjà. Elles avaient déjeuné et prenaient comme digestif, des tisanes de kinkéliba à la citronnelle.

IMG-20180803-WA0022
Les tisanes de kinkéliba à la citronnelle

Dès mon arrivée un homme s’est présenté pour savoir si je désirais quelque chose, bravo pour le service rien à dire ! La traversée donne droit à une noix de coco très rafraichissante, avec le soleil c’est un pur moment de plaisir. Je me demande d’ailleurs où ils s’approvisionnent car l’eau de la noix était particulièrement bonne (sans exagération).

Mes copines avaient fait un tour auparavant, elles m’ont donné plusieurs informations notamment sur la construction de l’île.

Comme écrit plus haut, l’île est construite sur près de 700 000 bouteilles en plastique récupérées sur la lagune Ebrié (donc recyclées, j’imagine qu’il y a encore de quoi faire une autre île tellement le plastique ne manque pas sur cette lagune, j’ai eu plusieurs fois l’occasion d’observer des déchets flottants, c’est bien triste ! ) enfermées dans une sorte de caissons au dessus desquels est construit le socle en ciment (on me dit à l’oreillette que ce ciment est le plus léger au monde et certainement écolo car constitué entre autres d’anciens cartons d’emballage de réfrigérateurs. Cette île ne finira pas de m’impressionner ! Je t’avoue que je ne connais que le ciment formé par clinkérisation, le classique, et je n’ai pas encore trouvé d’infos sur ce type de ciment jusqu’à présent, pendant l’écriture de cet article, du coup je t’invite à chercher, Internet est notre ami, tu sais ! 😉 ) Puis les éléments de l’île reposent sur ce socle.

IMG-20180803-WA0021
Les caissons contenant les bouteilles en plastique

J’ai passé 3h sur l’île flottante, profitant du soleil, du calme et du vent. C’est l’endroit parfait pour se relaxer tout en restant à Abidjan.

J’ai été subjuguée par la capacité d’adaptation. D’abord, l’énergie provient essentiellement de panneaux solaires qui sont subtilement intégrés au paysage, on ne fait pas attention. L’île est électriquement autonome. Le kinkéliba et la citronnelle utilisée pour les tisanes de mes copines sont directement cueillis sur l’ile où la permaculture est le système de choix. Chaque chose est savamment pensée sur l’île. On trouve plusieurs plantes : de l’aloès, des palmiers, de la citronnelle, de l’oignon, du kinkéliba, de la camomille et même un manguier. J’étais épatée ! Les fleurs utilisées pour la décoration des noix de coco sont directement cueillies sur l’ile. C’est vraiment un bijou écologique 🙂

L’ingéniosité se frotte même aux noms des espaces, le Zanzibar pour le bar de l’île et KohLanta pour la « suite » avec piscine privée. Une très jolie chambre avec une vue magnifique sur l’île !

J’ai été vraiment triste de constater la pollution de la lagune, un poisson mort flottait sur l’eau…

IMG-20180802-WA0007
Le pauvre poisson tué par la pollution de son habitat

Les tarifs varient entre 5000 et 15000 FCFA (8 et 24 euros) pour la journée et 50000 à 70000 FCFA pour y passer la nuit (80 à 110 euros) pour y passer la nuit.

Ils organisent des activités sur l’ile comme des balades et un tour en jet ski et on peut même louer l’endroit pour des évènements.

Leur page facebook est l’île flottante (@ileflottanteci) tu peux les contacter directement pour de plus amples informations.

Je t’encourage à aller découvrir cette magnifique île, un très bon plan pour le weekend et également avec la période des vacances, pour apprécier davantage la vie à Abidjan.

En bonus, cette beauté que m’ont offert le ciel, la lagune et le soleil.

DSC_1538
La vue ❤

Abidjan est le plus doux au monde 😀

IMG-20180803-WA0004
Les trois mousquetaires. 😀

Merci à Florence pour sa contribution. Tu peux découvrir sa page sur Facebook Le monde de Kankankan Marie-Madeleine Kpragnon où elle fait régulièrement des retours d’expérience sur des endroits en Côte d’Ivoire principalement, tu auras tout plein de nouvelles idées.

 

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s