Végétarienne… plutôt pesco-végétarienne.

Dans un mois, cela fera un an que j’ai arrêté de consommer la viande, tout type rouge, blanche etc., les produits carnés et tripiers également.

Une amie ayant récemment évoqué sa volonté d’être vegan, je me suis dit que cet article lui donnera du peps et à d’autres personnes également. En plus, j’avais promis d’en parler dans l’article du 24 mars dernier que vous pouvez lire ici afin de partager ce que je vis au quotidien.

Je tiens à m’excuser d’avance pour les mal-dits éventuels dans l’article.

Alors en juin 2016, j’ai pris la décision d’arrêter de consommer la viande.

Au départ, c’était juste un défi personnel que je m’étais lancée puis c’est devenu bien plus, après avoir visionné plusieurs vidéos sur la maltraitance animale pendant cette période (dont le fameux documentaire « Earthlings ») et lu des articles sur les potentiels dangers de la consommation de viande (rouge surtout) sur notre santé.

J’avoue que les premiers jours étaient assez rudes. Je consommais presque exclusivement des produits en conserve (qui semblent pires) comme des sardines, maquereaux, anchois etc. ou des plats cuisinés. En fait, j’avais l’impression de ne plus savoir quoi manger et comment cuisiner.

Puis la seconde étape a été de recommencer à me faire de bons plats, je suis une passionnée de cuisine, soit dit en passant, comme lorsque je consommais la viande. Cela a été surement la meilleure partie de la « transition ». En fait, je me suis rendue compte que je n’en souffrais pas, que la viande ne me manquait pas du tout et que je pouvais continuer à avoir des repas savoureux sans me sentir mal.

Je consomme toujours du poisson et des fruits de mer, j’ignore pour l’instant si j’arrêterai dans un futur proche. Par contre j’en mange tellement peu que j’ai l’impression de ne pas en consommer. Peut être que je « replongerai » ou que je deviendrai vegan, qui sait ? Mais, pour l’instant je me sens bien, cela n’enlève rien à mon bonheur et je n’ai pas l’impression de faire du mal à Mère Nature, même si je sais que la pêche n’est pas toujours éthique…

Ne pas manger de poulet ou de bœuf ne veut pas dire qu’on ne mange plus rien … il y a des alternatives pour ceux qui tiennent aux accompagnements (problème psychologique) il y a le tofu ou le seitan que les vegan utilisent souvent comme substitut de la viande et apparemment imite bien sa texture (surtout le dernier), il y a les œufs qui ne sont pas proscrits dans mon régime alimentaire. Et puis il y a les légumes et les fruits que je raffole, bien avant d’être pesco-végétarien (tant qu’un mot existe, autant l’utiliser). Pour ma part, dire « je ne consomme pas de viande » suffit, utiliser le mot végétarien est superflu et remet en question le caractère animal des poissons et fruits de mer…

En fait, je pense que le plus important reste de lutter contre le gaspillage, pas seulement côté alimentation, dans notre mode de vie quotidien, l’énergie ou l’eau que nous utilisons, les objets que nous achetons. On devrait acheter utile et ne pas faire d’excès. J’aspire d’ailleurs à une vie minimaliste.

Actuellement la transition terminée, je réussis à m’amuser en cuisine. Mes plats sont très variés et je découvre des recettes simples et délicieuses.

Voici d’ailleurs en photo quelques plats que j’ai cuisinés et dont j’ai eu la présence d’esprit de garder des souvenirs. Je peux vous garantir que le goût était aussi excellent que les photos. 🙂

A côté de cela, je pense qu’on devrait apprendre à respecter le choix des autres, surtout lorsque cela n’empiète pas sur notre vie.

Combien de fois j’ai entendu, des questions du genre « que manges tu si tu ne manges pas de poulet » ou « comment tu fais ? moi je n’arriverai jamais » … oui soit, mais c’est justement pour cela que nous ne sommes pas identiques, non ? La diversité du monde fait sa beauté ; il y a peut être des choses que les autres font (comme faire de belles mélodies en sifflotant tiens !) que je n’arrive pas à faire et beaucoup ne le comprennent pas, mais je ne me plains pas plus que cela… Combien de fois j’ai entendu des « non, ce n’est pas la volaille qui est mauvaise mais la viande rouge » comme si j’avais signifié le fait de ne pas consommer de viande à cause d’un quelconque problème de santé… ou des « Ariane, la blanche », « Ariane, la rasta » comme si prendre certaines décisions est propre à une couleur de peau ou à un groupe culturo-religieux … bref des propos que je ne comprendrai sûrement jamais.

Ce n’est pas de la mignardise, ni une perte d’identité ou quoi que ce soit, c’est juste une décision que j’ai prise et qui me fait me sentir bien. S’il arrive que j’en souffre physiquement ou psychologiquement, je retournerai certainement vers un mode d’alimentation qui me rend plus heureuse.

Aussi s’il s’avère que je vais à la découverte d’une culture ou le plat le plus célèbre contient de la viande, je ne m’en priverai pas car ma soif de découverte n’a pas de limite.

Il faut apprendre à respecter le choix des autres, même lorsqu’on ne le comprend pas.

Bon courage à toutes celles et ceux qui souhaiteraient devenir végétariens, vegan ou autre. Mais surtout éviter de devenir sectaires et/ou extrémistes.

2 réflexions sur “Végétarienne… plutôt pesco-végétarienne.

  1. Bonsoir,
    Je souhaitais apporter un petit plus à ton article si tu le permets
    Il est important de bien différencier chaque terme, bien qu’il n’y ai pas d’étiquettes fixes, mais quitte à employer certains termes, autant ne pas faire de confusions
    Végétarien = Ni viandes Ni poissons Ni crustacés, soit aucun animal vivant
    Végétalien = absolument rien qui provient des animaux, donc comme végétarien mais en enlevant également tout ce qui est lait, miel, fromage….
    Vegan = aucune consommation liée aux animaux que ce soit par la nourriture ou la vie courante. Donc aucun make up testé sur les animaux, aucun vêtement en laine ou cuir, pareil pour les produits ménager… Une vie totale sans cruauté
    Je ne cite que les principaux termes, cependant comme je disais il n’y a pas d’étiquettes fixes, par exemple je suis végétarienne au niveau de la nourriture, mais je tâche de vivre de façon vegan autant que possible en ne portant ni fourrure, ni cuir, et en faisant attention à n’acheter au maximum que des produits cruelty free
    En espérant avoir pu t’éclairer si tu avais des doutes, ou pour tes lecteurs. Quoiqu’il en soit, ta démarche d’arrêter la viande est déjà un pas important pour les animaux, bravo

    Aimé par 1 personne

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s